Quand fait l’amour après l’accouchement ?

La reprise de la sexualité après l’accouchement . C’est un sujet tabou dont je voulais parler sur le blog depuis un bon moment.

Quand se câliner à nouveau après l’accouchement ?

Parce qu’il y a toujours cette différence entre la « normalité » que vous vous imaginez et la réalité que vous vivez. C’est en parlant à des copines comme moi, jeunes mamans, que j’ai réalisé le bourrage crânien subi par les femmes à ce sujet. Le redémarrage des câlins après avoir donné la vie, on n’en parle pas ou en oubliant une vérité, car souvent, la femme se sent coupable de ne pas en vouloir, tout simplement .

A lire également : Quelles activités pour femme enceinte ?

magazines de société et féminins nous mettent en tête que pour être heureux en couple, il faut faire l’amour 3 fois par semaine Les . (lol).

C’est une moyenne, donc cela signifie que certaines femmes le font, d’autres le font plus et d’autres le font moins. Mais ce qui reste malheureusement ancré dans l’esprit des femmes, c’est ce « 3 fois par semaine » qui fait plus que l’on se sent coupable à ce sujet. C’est juste une différence d’envie entre l’homme et la femme, mais pourquoi est-ce à elle de céder ? Pourquoi cette fréquence devrait-elle être adaptée à l’homme et non au désir de la femme ?

A lire en complément : Quels sont les signes d'un accouchement proche ?

Clotilde : « Mon mari veut faire l’amour tous les deux ou trois jours, si je ne dis pas « oui » il me met de la pression jusqu’à ce que je cède, il devient fou ». Si en temps normal ce type de témoignage est déjà hyper choquant, nous pensons qu’après l’accouchement… comment les femmes font-elles face à cette pression sexuelle ?

Refaire l’amour après l’accouchement… tout un programme !

Bien sûr, après l’accouchement, de nombreuses femmes retrouvent rapidement une sexualité normale.

Pour certains comme Lolita va très vite : « 3 jours après l’accouchement, nous nous sommes à nouveau embrassés, au moment du retour à la maison après la maternité. Je n’ai pas eu de saignement très important, mon corps s’est rétabli très rapidement. Je n’ai presque pas eu mal non plus. Je pense que j’ai eu beaucoup de chances les deux fois. Je sais que ce n’est pas pareil pour tout le monde. Nous verrons si j’ai un bébé numéro 3 si cela se passe de la même manière. » Ou prend un peu plus de temps que pour Marie : « J’ai donné naissance à Lola il y a un mois maintenant, j’ai refait une relation il y a 10 jours et c’était fusionnel avec beaucoup de complicité et de passion. J’avais peur de ne pas être à la hauteur mais la complicité l’a emporté et finalement rien de plus. »

Mais dans la grande majorité des cas, cela ne va pas aussi vite que vous le pensez (ou le souhaiteriez) comme le démontre l’enquête que j’ai publiée sur le sujet.

Plus de 6 mois pour retrouver vos envies et votre libido avant la grossesse .

Laurie : « La reprise de la sexualité après l’accouchement a été très compliquée, il m’a fallu 4 mois pour accepter qu’il me touche et passer à la pénétration, puis 7 mois pour refaire l’amour avec désir et plaisir. Ce qui a finalement été encore plus compliqué que ces moments-là, c’est que quelques années plus tard, mon mari, plein de rancunes à ce sujet, me l’a fait comprendre. Il était très dur et blessé moi beaucoup, il m’a fait sentir que j’étais l’égoïste. »

inquiétude vient souvent d’un grand manque de communication sur ce qui se passe dans le corps et dans la tête d’une femme qui vient d’accoucher L’ .

Géraldine : « J’ai accouché il y a deux ans et demi, depuis ce jour, ma libido a disparu, je ne sais pas où

. Mon mari ne comprend pas, moi non plus. Notre intimité a pris un coup, tout comme notre complicité. J’aimerais tellement avoir des relations sexuelles plus régulièrement et pas seulement une fois par mois

. Je ne me sens pas normal. » Et pour certains, cela prend encore plus de temps Emilie : « Le gynécologue nous avait demandé d’attendre son rendez-vous médical avant d’envisager quoi que ce soit. Nous sommes donc partis au moins un mois et demi. Mais aujourd’hui, le petit gars a 15 mois et ce n’est toujours pas un nirvana de niveau sexuel. J’ai beaucoup de mal, j’ai une épisio toujours douloureuse, l’envie qui ne vient pas facilement. J’essaie donc de faire quelques efforts pour mon homme, trop peu selon lui. Je ne veux pas une seconde Bébé, je suis devenue maman, c’est certain, mais je ne suis plus une femme pour mon homme. J’essaie quand même, mais le plaisir n’est pas toujours là. L’envie ne vient jamais de moi. »

Cette culpabilité, ce sentiment de ne pas être normal.

Nous ne parlons pas de la baisse de la libido après l’accouchement

mais c’est tout à fait normal. Épisiotomie, déchirure, naissance traumatique, césarienne, douleurs de toutes sortes, saignements (pour ma part, ils ont duré 1 mois et demi), nouvelles responsabilités, tant de changements pour une femme, surtout lors d’un premier accouchement… comment ne pas comprendre que la jeune mère n’a rien à voir avec le sexe quand elle part La maternité ?

Judith : « Nous avons de nouveau eu des relations sexuelles un mois après l’accouchement, en attendant la fin du saignement, de la douleur épisio et de l’appréhension. Voyant les semaines passer, je me suis dit qu’il fallait y retourner, sans plus d’envie. J’ai eu mal à chaque fois que j’ai eu des relations sexuelles pendant les 9 mois suivants. C’était plus pour lui plaire que pour mon propre plaisir en fin de compte. J’ai également eu des mycoses répétées depuis l’accouchement (un autre problème dont souffrent, selon moi, de nombreuses femmes), ce qui a affecté mon moral et mes relations. Après plusieurs traitements qui n’ont pas empêché les récidives et n’ont pas arrêté la douleur, j’ai décidé sur le conseil d’un ami d’acheter des tampons en pharmacie à base de probiotiques et là… plus de douleur pendant les rapports sexuels ! Beaucoup moins de mycoses également. L’envie et le plaisir sont revenus à cette époque (9 mois plus tard !) ». Les femmes ont beaucoup d’appréhension et craignent souvent de se sentir mal à propos de leur intimité, qui est déjà maltraitée par la naissance de leur bébé.

Virginie : « Après avoir accouché, une terrible appréhension s’était installée pour moi… J’avais déjà peur d’aller aux toilettes alors pour un câlin… mais grâce à mon homme, sa patience, sa douceur et sa compréhension tout est revenu naturellement mais petit à petit…

🙂 »

Heureusement, de plus en plus de sages-femmes abordent le sujet avec des hommes qui acceptent de suivre les cours de préparation à l’accouchement .

Paulette : « La seule personne qui m’en a parlé pendant ma grossesse était la sage-femme qui me suivait. Elle m’a dit qu’après l’accouchement, le corps avait besoin de récupérer, de prendre son temps, que la femme qui est devenue mère pouvait très bien avoir une libido à mi-momb pendant longtemps et que ce n’était pas grave. Elle a même donné la leçon aux pères qui sont venus pendant la préparation du père biologique spécial. Une fois bébé arrivé, j’ai eu une énorme dépression post-partum, je me suis sentie complètement perdue et mon mari était le seul lien qui m’a permis de tenir le coup. Mais je ne reconnaissais plus mon corps, j’avais peur de dégoûter mon mari parce que je me dégoûtais moi-même . J’avais une envie terrible d’avoir des relations sexuelles avec mon mari mais j’avais peur, nous avons essayé pour la première fois un mois après avoir donné naissance, j’ai eu trop de douleur alors nous nous sommes « installés » avec des caresses. Nous avons pu faire l’amour entièrement 2 mois plus tard, cela a été douloureux pendant un moment à cause d’un point qui était entré sous ma peau et qui était très mal placé. La première fois que nous avons fait l’amour, j’ai pleuré de soulagement et de joie. J’avais tellement peur que mon mari ne veuille plus de moi. Alors qu’au contraire, il n’arrêtait pas de me dire combien il aimait mon nouveau corps, qu’il me trouvait encore plus désirable qu’avant… Une fois cette peur disparue, j’ai encore plus lâché prise pendant les jours joyeux, comme si devenir maman avait fini de me modeler en tant que femme. »

Patience chérie, tu sais ce qu’est une épisiotomie ?

Tous les témoignages reçus aboutissent à la même conclusion : un homme doit être patient pour laisser le temps à son partenaire de se remettre physiquement et mentalement de l’accouchement . Pour te sentir bien dans ta peau de jeune mère. Aurélie : « Pour moi, la difficulté était physique (plusieurs points d’épisiotomie), mais elle était surtout psychologique. JE était en mode maman et pas du tout en mode femme. J’ai dû me « forcer » à y retourner pour trouver un désir. Chéri a attendu que ça vienne de moi et ne m’a pas pressée du tout. »

Aurore : « J’aurais vraiment aimé m’y préparer. Avec Chéri, nous entretenons une très bonne relation avec beaucoup de communication, donc je n’ai jamais pensé avoir un problème de ce côté-ci. Quand je suis tombée enceinte de notre chouquette, j’ai progressivement perdu ma libido à partir du 5ème mois de grossesse et j’ai senti que ce n’était pas un problème car mon ventre arrondissait davantage en plus. Il faut admettre que les câlins étaient de moins en moins praticables et que la libido de Monsieur suivait la mienne dans le Néant. Néanmoins, au cours du dernier mois de grossesse, j’ai soudainement ressenti un manque de tendresse physique, peut-être parce que je commençais à réaliser que nous passions nos dernières semaines « juste en deux », et ce qui m’a fait rester forte, c’est de me dire que dans quelques semaines tout sera remis en ordre après l’accouchement… J’ai pensé innocemment, que tout recommencera dès mon retour de maternité. Mais ce n’est pas vraiment arrivé de cette façon. Tout d’abord parce que physiquement, avec les points de suture (déchirure) mon corps n’était pas opérationnelreconsidérer une vie sexuelle mais aussi parce qu’avec l’allaitement, il avait pris une nouvelle fonction qui ne me semblait plus compatible avec aucune sexualité. Pendant ce temps, Chéri s’était déjà rétabli et sa libido avec elle, ce qui a occasionné une période assez délicate. Cela m’a pris beaucoup plus de temps que je ne le pensais pour et deux mois après l’accouchement, j’ai gentiment voulu que nous y retournions petit à petit mais que c’était mon anxiété de réaliser que ce n’était plus la même chose qu’avant, d’autant plus que physiquement mon corps venait de vivre une sacrée difficultés avec l’accouchement. Profondément amoureuse et préoccupée par notre vie de couple, j’ai continué à essayer de provoquer ces moments de tendresse jusqu’à ce que tout soit devenu normal après 9 mois je dirais. Heureusement, Chéri a été patient et la compréhension et encore une fois, c’est la communication et la gentillesse envers les autres qui nous ont aidés à surmonter cette période. »

Communication, gentillesse, écoute, patience et NO PRESSURE, chacun son propre rythme

Il n’existe aucune norme à part la vôtre :

Eleonore : « J’étais très mauvaise dans ma peau après avoir accouché pendant un bon mois, voyant mon corps tellement déformé de 20 kilos de plus… bref ce n’était pas la joie et je voulais me retrouver femme et épouse (après neuf mois à partager son ventre, les moments câlins sans le gros ventre sont encore meilleurs) donc après locchis a arrêté qui a duré environ deux semaines, je voulais rencontrer mon mari pour un câlin… sauf que bien sûr la douleur était encore trop intense. Je me sentais mal, je pleurais. Mon mari m’a réconforté, m’a dit que nous avions tout le temps, que de son côté il était tellement repris par son nouveau rôle de père que ce n’était vraiment pas grave si nous ne le faisions pas tout de suite, bref il était super compréhensif ! Je pensais que ce serait toujours blessé parce que cela a duré longtemps, des mois et des mois. J’en ai parlé avec mes femmes, pendant la rééducation du périnée, elles n’ont pas vu d’inquiétude… Je crois que j’étais juste impatiente, je voulais récupérer mon corps trop rapidement… Il faut donner du temps au temps. Les gens n’arrêtaient pas de me dire « 9 mois pour le créer… 9 mois pour s’en remettre » et c’est tout à fait vrai ! Maintenant, je ne souffre plus du tout. »

Caroline : « Pendant ma grossesse, mon partenaire n’a plus voulu me toucher après le troisième mois. Nous vivions dans une colocation plutôt qu’en couple. Mais après avoir accouché, nous avons repris une vie sexuelle quand notre fille avait un mois, à l’initiative de papa. Je n’en voulais pas vraiment physiquement, mais j’en avais besoin moralement. La première fois n’était pas très agréable et un peu douloureuse. Le second aussi. Mais dans le troisième, il a recommencé comme en 40. C’est tout, notre petite fille a deux mois et demi et nous avons repris notre vie de couple, à ma grande satisfaction. »

Julie : « J’ai eu deux grossesses dont une jumelle. La première grossesse, j’ai eu une déchirure avec des points. Nous avons repris une vie sexuelle après la fin de la perte de sang post-naissance et la peur a dépassé de ne plus nous déchirer… soit environ 2 mois après l’accouchement. Et pour la dernière grossesse, nous avons repris plus tôt, environ un mois plus tard. Le sentiment de plaisir de refaire l’amour avec mon conjoint après la naissance de notre fille a été décuplé. Je pense que voir votre conjoint s’impliquer avec votre enfant, le sentiment d’être vraiment une famille a augmenté le plaisir

« .

Ma libido pendant la grossesse était proche de 0. Je n’avais absolument aucune envie. Les 6 premiers mois, je me forçais un peu, et à la fin, j’ai eu des orgasmes mais si mon fiancé n’était pas « à ma recherche », je n’allais pas le chercher. Après l’accouchement (long et douloureux : dépassement du terme, déclenchement, 28 heures de travail, forceps, épisiotomie, déchirure, quelques semaines plus tard, organe descente : le total !) , nous n’y avons même pas pensé, avec la fatigue et mon baby blues. Ensuite, mes points de suture ne sont pas tombés… 5 semaines plus tard, le dernier point tombe enfin. Alors mon fiancé « est venu me chercher ». Je n’avais pas de désir fou mais bon, je me suis dit « L’appétit vient de manger, la sexualité entre en jeu… ». Eh bien, cela a nécessité quelques ajustements (l’épisio et la déchirure se sont un peu tirés, le prolapsus nous a obligé à revoir notre positionnement), mais c’était appréciable !

Laurence : « 

La reprise de la sexualité après l’accouchement Malheureusement, au lendemain de cette convalescence, rendez-vous post-partum et installation du stérilet : « Eh bien, par contre, pas de rapport pendant 2 semaines, madame »… ce qui a désespéré mon fiancé quand je lui ai dit. Mais au final, ces 2 semaines ont été bonnes. À ce moment-là, ma libido est revenue à peu près normale et la douleur dans mes cicatrices a cessé. Au final, j’ai compris qu’en fait, les fameuses « 6 semaines » ne me convenaient pas. Pour moi, j’en avais besoin de 8 pour retrouver une sexualité épanouissante. » est un sujet tabou

Mais c’est à nous d’en parler à nos compagnons, le cœur ouvert pour leur faire comprendre ce que nous ressentons. Expliquez-lui ce que vous ressentez, parlez-lui de vos peurs, de vos douleurs et lorsque vous vous sentirez prêt, vous pourrez reconsidérer les câlins, très doucement. Tu viens de lui offrir le plus beau cadeau du monde (un enfant !) et maintenant vous allez devoir trouver un nouvel équilibre avec une nouvelle recrue supplémentaire dans votre famille. Tout cela est une énorme turbulence qu’il faut apprivoiser avec sérénité. Alors ne laissez personne vous mettre la pression (et surtout pas sur les magazines féminins), c’est votre corps et c’est à vous de décider quand vous êtes prêt à retourner à la sexualité. Cela ne s’épanouit peut-être pas immédiatement, mais avec beaucoup de bienveillance, de patience et de douceur, vous retrouverez votre complicité d’antan, à votre rythme, cela peut prendre plusieurs mois vous n’avez pas à vous inquiéter, vous êtes NORMAL. Et si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à parler à votre sage-femme. l’accouchement est un sujet tabou

Mais c’est à nous d’en parler à nos compagnons, le cœur ouvert pour leur faire comprendre ce que nous ressentons. Expliquez-lui ce que vous ressentez, parlez-lui de vos peurs, de vos douleurs et lorsque vous vous sentirez prêt, vous pourrez reconsidérer les câlins, très doucement. Tu viens de lui offrir le plus beau cadeau du monde (un enfant !) et maintenant vous allez devoir trouver un nouvel équilibre avec une nouvelle recrue supplémentaire dans votre famille. Tout cela est une énorme turbulence qu’il faut apprivoiser avec sérénité. Alors ne laissez personne vous mettre la pression (et surtout pas sur les magazines féminins), c’est votre corps et c’est à vous de décider quand vous êtes prêt à retourner à la sexualité. Cela ne s’épanouit peut-être pas immédiatement, mais avec beaucoup de bienveillance, de patience et de douceur, vous retrouverez votre complicité d’antan, à votre rythme, cela peut prendre plusieurs mois vous n’avez pas à vous inquiéter, vous êtes NORMAL. Et si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à parler à votre

ARTICLES LIÉS